ActualitésJUSTICEPolitique

Où est passé Reginald Boulos un an après l’assassinat de Jovenel Moïse ?

Port-au-Prince, jeudi 14 juillet 2022/ Le P’tit Journal Haïti

Pierre Reginald Boulos se plonge dans un silence de plomb, un an après l’assassinat du Président Jovenel Moïse, survenu le 7 juillet 2021. Cet homme d’affaires devenu également leader politique, qui a su combattre la politique de Jovenel Moïse, s’en fiche totalement de la misère abjecte dans laquelle s’écroule actuellement la population haïtienne. Qu’es-ce que Boulos a voulu obtenir véritablement ? Il s’avère que la situation d’Haïti se dégrade de plus en plus, depuis le meurtre de Jovenel Moïse, contre qui Boulos et ses alliés avaient mené une lutte sans merci, prétextant que le Président Moïse était la ‹‹ cause de nos malheurs.››

Où est passé Reginald Boulos un an après l'assassinat de Jovenel Moïse ? 2

L’homme d’affaires Pierre Reginald Boulos, qui avait contribué à propulser Jovenel Moïse au pouvoir en 2017, a tourné casaque peu de temps après avoir été victime des scènes de pillage et d’incendie dans plusieurs de ses entreprises, les 6 et 7 juillet 2018.

« Je finance une brigade pour diminuer les violences dans les manifestations », avait déclaré l’ancien proche de Jovenel Moïse, le 13 octobre 2019. Une déclaration qui laisse croire que les manifestations anti Jovenel Moïse aient été financées par ce manitou du secteur privé.

Il accuse le gouvernement d’avoir posé des actions entraînant systématiquement l’appauvrissement d’innombrables personnes, lors d’un entretien avec la radio Magik 9, le 11 février 2021.

Reginald Boulos et ses démêlés avec l’ULCC

Le 23 juin 2021, le Directeur Général de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC), Me Hans Jacques Ludwig Joseph, a ordonné aux institutions bancaires de geler 260 millions de gourdes de plusieurs personnes ayant des liens avec Real Business Investissement (RBI), une société présidée par Pierre Réginald Boulos. L’ULCC a pris cette décision suite à une enquête menée sur les prêts de l’Office national d’Assurance Viellesse (ONA) de plus de 2 milliards de gourdes et 65 millions de gourdes versés par l’ONA dans le cadre d’un projet ‹‹ fictif ›› de construction de logements sociaux à Fermathe. Un projet de la société RBI.

Les comptes bancaires concernés par cette décision sont ceux de Pierre Réginald Boulos, Ursil Pierre, Emlyne Girova Brice, Isabelle Valmey, Sébastien Boulos, Melissa Régine Boulos, Natacha Blanc et de la RBI.

Faisant fi du rôle de l’ULCC, le MTV Haïti a dénoncé une persécution politique contre son leader Réginald Boulos, via une note parue le 24 juin 2021.

Convoqué le 28 juin 2021 à l’ULCC pour être auditionné sur le dossier, l’homme d’affaires n’a pas mis les pieds. En fait, il ne s’est pas présenté ‹‹ sans motif significatif ››, selon l’institution de lutte contre la corruption.

En revanche, le vendredi 2 juillet 2021, Me Hans Jacques Ludwig Joseph a requis de la Police Nationale d’Haïti (PNH), notamment de la Brigade de Recherche et d’Intervention (BRI), de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) de rechercher et de conduire en état et sous forte escorte le nommé Pierre Réginald Boulos par devant la commission d’enquête de l’ULCC.

De plus, Me Joseph a exigé que cet ordre soit publié avec la photographie du citoyen sous enquête, dans toutes les institutions publiques et dans les voies de rentrée et de sortie du territoire national.

De son côté, l’ONA a condamné avec véhémence le détournement d’un million de dollars américains par cette société présidée par M. Boulos dans le cadre d’un projet fictif de construction de logements sociaux à Fermathe, monté en 2018 en dehors des normes prescrites.

Boulos obtient tout ce qu’il voulait et la population haïtienne placée dans les oubliettes

14 jours après le meurtre de l’ancien Président Jovenel Moïse, le Doyen près le Tribunal de Première de Instance de Port-au-Prince, Me Bernard Saint-Vil, a rendu une ordonnance en faveur de Reginald Boulos, dans le cadre de l’affaire l’opposant à l’ULLC.

Le juge des référés a déclaré arbitraire et illégale la décision de l’ULCC de bloquer les comptes. Aussi, il a annulé tous les mandats d’amener émis par le Directeur Général de l’ULCC. Une ordonnance que M. Boulos a accueillie comme une victoire pour lui et la RBI.

Par ailleurs, le Dr Réginald Boulos a été invité par l’ancien Commissaire du Gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Bed-Ford Claude, pour être auditionné dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du Président Jovenel Moïse.

Il aurait dû se présenter au parquet le lundi 12 juillet 2021. Se trouvant à l’étranger, l’ex-opposant de Jovenel Moïse se fait représenter par son avocat Me Samuel Madistin, promettant qu’il répondra aux questions de la justice dès son retour. Chose qui n’est jamais faite.

Un an après le forfait, la population observe un Reginald Boulos qui s’en fiche totalement de la situation précaire des couches vulnérables qu’il prétendait défendre durant la présidence de Jovenel Moïse. Il a obtenu gain de cause face à l’ULCC. Il dort tranquille sans se préoccuper d’une enquête de l’ULCC.

Jovenel Moïse n’est plus, la situation sécuritaire du pays se détériore, le prix des produits de première nécessité ne cesse de grimper et le kidnapping est à son apogée. Le leader politique et ex-détracteur de Jovenel Moïse, Dr Pierre Reginald Boulos, se plonge dans un silence absolu alors qu’il était censé être un des fameux défenseurs de la population haïtienne.

Le P’tit Journal Haïti

Bouton retour en haut de la page