ActualitésPolitique

Haïti-Crise: Bras de fer entre le Palais National et le Sénat de la République.

 

Par Le P’tit Journal Haïti – Samedi 6 Février 2021.

Haïti-Crise: Bras de fer entre le Palais National et le Sénat de la République. 2

 

Sous la deuxième invitation du Palais National, le Président Jovenel MOÏSE ont reçu, jeudi après-midi, en audience les membres du bureau du Sénat fantôme. Les deux (2) chefs des Pouvoirs exécutif et législatif se sont entretenus sur la crise sociopolitique que traverse le pays où chacune des parties ont exprimé leurs préoccupations. Cependant, aucune décision concrète n’a été arrêtée pour désamorcer la crise récurrente, peut-on constater chez les acteurs publics.

Avec notre rédacteur en Haïti, Samuel JOSEPH.

À l’approche de la date fatidique du 7 février 2021 arrêtée par l’opposition pour marquer la fin du mandat présidentiel en Haïti, les nouveaux membres du bureau du Sénat et le Président Jovenel MOÏSE ont discuté jeudi sur la nécessité de trouver un dénouement à la crise haïtienne actuelle. En effet, les deux (2) hommes d’État ont séparément défendu leur position sur cette conjoncture annonçant la couleur du côté des membres de l’opposition dite « radicale » et ceux d’une franche de la société civile organisée. Sur son compte officiel tweeter, monsieur Jovenel MOÏSE continue d’insister sur ses projets de doter le pays d’une nouvelle Constitution et d’organiser les élections générales à la fin de cette année afin de renouveler notre personnel politique.

« J’ai eu, ce jeudi, une fructueuse rencontre avec le Président et les membres du bureau du Sénat. Nous avons eu des échanges très francs sur la conjoncture actuelle », a écrit le Président de la République, arguant que le dialogue est le seul atout nous permettant de résoudre nos différends politiques. Cependant, le Sénat haïtien représenté par les honorables Joseph LAMBERT (Président), Kedlair AUGUSTIN (Vice-president) et Gracia DELVA (Secrétaire), a fait valoir ses positions sur le respect scrupuleux des prescrits constitutionnels et des lois de la République. « Le bureau du Sénat a rencontré le Président de la République. Si le Président a surtout mis l’emphase sur le référendum et les élections, le bureau a attiré son attention sur la nécessité du respect scrupuleux de la Constitution et des lois », a indiqué l’élu du Sud-Est. L’article 134-2 de la Constitution amendée de 1987 demeurant sur toutes les lèvres, a été introduit dans ce débat officiel, à en croire monsieur Joseph LAMBERT, appelant les protagonistes au dialogue pour sortir le pays de son impasse difficile. « Devant l’évidence des tensions nées des interprétations contradictoires relatives à cet article, seul un dialogue national peut encore prémunir Haïti du spectre du chaos », a-t-il martelé sur son compte officiel tweeter. Donc, le dialogue est jusqu’ici l’élément commun que préconisent la Présidence et le Sénat pour trouver une issue de la crise.

À moins de deux (2) jours du 7 février prochain, les membres de l’opposition plurielle sont en désaccord sur le choix du futur remplaçant de monsieur Jovenel MOÏSE au Palais National. Si l’ex-Sénateur du Nord et leader du Parti Politique Pitit Dessalines (PPPD) s’est branché sur la Cour de Cassation pour être plus proche de la Constitution, alors maître André MICHEL du Secteur Démocratique et Populaire (SDP) ouvre la boix à d’autres secteurs de la vie nationale. Ces deux (2) positions sont contradictoires et, du même coup, traduisent l’incapacité des anti-Jovenel à assurer le devenir du pays, estime plus d’un.

 

sj1406988@gmail.com

Bouton retour en haut de la page