ActualitésPolitique

Haïti-violence : l’OPC déplore un climat d’intolérance à l’égard des groupes minoritaires

Haïti-violence : l’OPC déplore un climat d’intolérance à l’égard des groupes minoritaires

L’Office de la Protection du Citoyen (OPC) dit déplorer le climat d’intolérance qui s’installe dans la région métropolitaine depuis un certain temps. Des groupes minoritaires notamment les travailleuses de sexe, les personnes vivant avec un handicap et les membres de la communauté LGBTI sont les victimes de ce climat.

Haïti-violence : l'OPC déplore un climat d'intolérance à l'égard des groupes minoritaires 2

‹‹ Malheureusement, cette pratique occasionne de graves violations de droits humains particulièrement en période de troubles sociopolitiques ››, se plaint l’institution Nationale et Indépendante de Promotion et de Protection des Droits Humains, dans une note de presse, parue le 22 septembre 2022.

Selon l’OPC, dans la soirée du samedi 17 septembre 2022 aux environs de 9h, trois travailleuses de sexe ont été tuées, à Delmas 45. Suivant diverses dénonciations des riverains, cette tuerie aurait été perpétrée par des Agents de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO) de l’Ouest de la PNH.

Par ailleurs, en date du vendredi 27 mai 2022, à Thomassin 25, deux membres de la communauté LGBTI ont été l’objet de bastonnades, de gifles de la part des motards fonctionnant dans la localité. La maison des victimes a été vandalisée et des menaces de mort leur ont été proférées. Ces dernières en dépit des appels de détresse lancés n’ont pas pu bénéficier de l’assistance et de la protection des forces de l’ordre de leur commune.

A en croire l’Office de la protection du citoyen, ces incidents malheureux et regrettables constituent de violations graves de droits humains des groupes minoritaires.

L’Office de la Protection du Citoyen dit condamner énergiquement ces actes odieux portant atteinte à l’exercice des droits civils et politiques et la jouissance des droits économiques, sociaux et culturels dans l’impunité la plus absolue des présumés auteurs.

L’OPC exige l’ouverture d’une enquête au niveau de l’Inspection Générale de la PNH afin d’élucider les circonstances dans lesquelles ces actes ont été produits. Il dit saisir l’occasion pour rappeler à l’État qu’il est de sa responsabilité de prendre toutes les mesures nécessaires afin de garantir aux groupes minoritaires, la jouissance et l’exercice de leurs droits sur toute l’étendue du territoire national et en tout temps.

Le P’tit Journal Haïti

Bouton retour en haut de la page