Politique

Le PM JOUTHE cède à la demande des syndiqués.

Le PM JOUTHE cède à la demande des syndiqués.

Laisser un commentaire.

Le PM JOUTHE cède à la demande des syndiqués. 2

Mercredi 11 mars 2020 – Le P’tit Journal.

Par Samuel JOSEPH

Dans un arrêté ministériel publié le mardi 10 mars 2020 portant la signature du Premier Ministre haïtien, Joseph JOUTHE, et celle de son Ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Me Lucmane DÉLILE, les policiers sont désormais autorisés à s’associer et s’organiser en syndicat pour défendre leurs droits dans les conditions prévues par la loi.

Pris à la suite d’une rencontre d’urgence organisée hier soir au niveau du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN), cet arrêté a automatiquement modifié l’article 11 de l’Arrêté du 20 juin 2013 organisant le statut de la Police Nationale d’Haïti (PNH).

Les policiers peuvent-ils se porter candidat à un poste électif?

Ce même arrêté précise: <>.

Rappelons que des policiers ont déferlé lundi et mardi les rues de P-au-P pour faire passer leurs révendications telles la réintégration des cinq policiers syndiqués révoqués, leur liberté syndicale et les meilleures conditions de travail.
Des dégats considérables ont été enrégistrés lors de leur mouvement syndical, notamment le renvoi et la fermeture de certains bureaux publics, l’endommagement des véhicules de l’État et celui des caméras de surveillance dans certains ministères, le lancement de gaz lacrymogènes et des cartouches, le blocage des rues.

Face à cette situation tendue opposant les policiers syndiqués et le haut état-major, le Chef de Gouvernement s’est obligé de trancher et, du même coup, revenu sur sa déclaration provocatrice: »Je suis le seul à pouvoir syndiquer au sein de la Police Nationale d’Haïti ».

Plus loin, le numéro deux de l’Exécutif haïtien a enfin choisi de se conformer au regard de l’article 35-3 de la Constitution haïtienne amendée qui garantit la liberté syndicale à tout travailleur des secteurs privé et public.

Pourquoi nos dirigeants actuels ne pouvaient prevenir tous ces dégats, alors qu’ils allaient autoriser aux policiers leur droit syndical?

Les policiers protestataires sont-ils maintenant satisfaits de leur lutte pro-syndicale?

samujoseph671@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page