Les Nations-Unies préviennent une crise alimentaire dévastatrice en Haïti

by Samuel JosephSamuel Joseph
0 comment

 

New-York, le 13 Mars 2024 – Le P’tit Journal Haïti

Par Samuel JOSEPH

La crise haïtienne devient plus urgente que jamais, avec l’escalade de violences régnant plus particulièrement dans les régions de l’Ouest, l’Artibonite et le Nord-ouest du pays. Cette situation inquiétante continue d’interpeller les dirigeants de l’organisation mondiale, appelant à une mobilisation internationale rapide pour accompagner le peuple Haïtien dans ce fardeau humanitaire. Dans un document officiel, le Programme Alimentaire Mondial a averti les partenaires internationaux sur le manque de biens et ressources aggravant la précarité économique en Haïti.

Monsieur Stéphane DUJARRIC, porte-parole des Nations-Unies, a déclaré que l’eau et les services de base sont mis à rude sur le territoire Haïtien. Cette crise multidimensionnelle, selon l’officiel onusien, est due à l’insécurité généralisée et à la migration interne qui s’accroît dans ce pays caribéen. « Plus de 362000 Haïtiens, dont plus de la moitié sont des enfants en raison de la violence armée et gangstérisée. Au moins 35 000 personnes ont alors été violemment contraintes de fuir leur domicile depuis le début de l’année 2024′, soulignent les agences onusiennes.

Les défis sécuritaires et politiques sont à la croisée d’une crise alimentaire aiguë où Haïti risquerait de plonger dans une famine imminente. À Port-au-Prince, le conflit hautement armé impacte gravement la sécurité alimentaire du pays ressemblant habituellement dans les zones de guerre, selon Jean-Martin BAUER, actuel Directeur du PAM en Haïti, ajoutant que ce pays caribéen connaît l’une des crises alimentaires les plus graves au monde. De plus, il a indiqué que la situation dégradante actuelle pourrait entraîner des taux élevés de malnutrition en Haiti. M. Bauer a expliqué que le pays importe cinquante pour cent (50%) de ses besoins alimentaires alors il regrette que Port-au-Prince et ses environs sont assiégés par des gangs armés.

Fin février et début mars 2024, la coalition criminelle  » Vivre ensemble  » avait créé un climat de terreur dans l’ouest d’Haïti, provoquant la libération « illégalement » des milliers de prisonniers (dont des criminels notoires), l’assassinat collectif, l’incendie et la destruction des infrastructures publiques et/ou privées, le déplacement massif des citoyens, entre autres. Ce désordre généralisé a eu des conséquences néfastes sur la population civile. En ce sens, les officiels onusiens plaident en faveur du déploiement d’une force multinationale suivie d’un plan d’intervention humanitaire en Haïti. La crise actuelle engendre la fermeture des centaines d’écoles dans les zones contrôlées par des groupes armés, occasionne l’incapacité pour des employés du PAM à desservir certaines communautés nationales qui sont dans le besoin urgent « , ont-ils déclaré.

 

Le P’tit Journal Haïti


En savoir plus sur Le P'tit Journal Haiti

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

Related Articles