ActualitésPolitique

Affaire Romel Bell : l’OCNH félicite l’ULCC pour son intervention

Port-au-Prince,le 23 mai 2022/Le P’tit Journal Haïti

Le P’tit Journal publie ci-après la note de position de l’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH) sur le dossier du Directeur Général de l’Administration Générale des Douanes (AGD), Rommel Bell. L’OCNH croit que la corruption et le trafic d’armes sont des obstacles pour le développement de la société. Aussi, elle espère que l’intervention de l’ULCC à l’AGD ne sera pas considérée comme un show médiatique mais, un signal pour prouver qu’Haïti est en route vers l’établissement de l’État de Droit.

Affaire Romel Bell : l'OCNH félicite l'ULCC pour son intervention 2

L’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti-OCNH a appris les nouvelles concernant la révocation du visa américain du directeur général de l’Administration Générale des Douanes, Monsieur Rommel BELL. Cette mesure prise par les autorités américaines serait liée aux crimes de trafic illégal d’armes à feu et de blanchiment d’argent lesquelles infractions font partie des crimes transnationaux suivant la convention de Palerme de 2000 dont Haïti est signataire.

L’OCNH, dans sa mission de lutte contre l’impunité, la corruption et pour la transparence dans la gestion des finances publiques en Haïti, félicite la Direction Générale de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) qui, suite à des suspicions de corruption à l’Administration Générale des Douanes(AGD) a diligenté une enquête conformément à l’article 11 du décret du 8 septembre 2004 créant l’Unité de Lutte Contre la Corruption. Il est évident que la corruption et le trafic d’armes sont des obstacles pour le développement de la société.

Ces mauvaises pratiques engendrent la réduction des investissements, la polarisation sociale, le non-respect des principes de l’État de droit et les droits de l’homme, le déséquilibre social et également le détournement des ressources de l’Etat par des agents de la fonction publique.

Ce qui affaiblit l’État et empêche aux gouvernements de fournir des services de base aux citoyens et de promouvoir le développement économique, social et politique. Haïti n’étant pas épargnée de ce fléau, son administration publique est caractérisée par ce mode de fonctionnement. Etant complices, les autorités sont incapables de moraliser la vie publique. De ce fait, Haïti ne cesse de s’enliser dans les gouffres du sous-développement.

Pourtant, Haïti a signé et ratifié la convention des nations-unis contre la corruption, la convention interaméricaine contre la corruption suivie du décret du 29 novembre 1994 ratifiant la convention interaméricaine contre la fabrication et le trafic illicite d’armes à feu, de munition d’explosif et d’autres matériels connexes.

L’OCNH espère que l’intervention de l’ULCC à l’AGD en date du vendredi 20 mai 2022 ne sera pas considérée comme un show médiatique mais, un signal pour prouver qu’Haïti est en route vers l’établissement de l’État de Droit. L‘OCNH rappelle au Commissaire du Gouvernement près du tribunal de Première de Port-au-Prince que le travail de l’ULCC ne le remplace pas dans sa mission de rechercher les crimes et délits au regard des articles 12 et 13 du Code d’Instruction Criminelle. L’action publique doit être mise en mouvement contre tous et toutes.

Enfin, l’OCNH demande aux acteurs concernés de travailler inlassablement pour instaurer l’État de Droit et la bonne gouvernance en Haïti, afin d’avoir une société juste et égalitaire.

Le P’tit Journal Haïti

Bouton retour en haut de la page