Politique

Champ-de-Mars:Des échaffourés entre la Police et l’Armée

Dimanche 23 Février 2020 – Le P’tit Journal.  Par Samuel JOSEPH  En ce premier jour gras à Port-au-Prince, des centaines de manifestants, dont des policiers en uniforme, des motards et des hommes encagoulés, ont déferlé les rues de la capitale haïtienne pour protester contre la tenue des festivités carnavalesques. Au sein même de cette manifestation, des tirs nourris ont été entendus durant ses parcours. 

Les protestataires ont dressé des barricades et pneus enflammés et ils ont également obstrué la circulation en croisant des véhicules dont les clefs ont été saisies. 

Champ-de-Mars:Des échaffourés entre la Police et l'Armée 2

De leur côté, les agents de la PNH continuaient d’exiger aux autorités en place de meilleures conditions de travail et le droit de former leur propre syndicat au sein de l’Institution policière, ce que le haut-commandement aurait minimisé encore. 

Arrivés dans l’aire du Champ-de-Mars, des journalistes reporters ont signalé le redoublement des tirs chez les contestaires qui profitaient de demander le départ immédiat du Président Jovenel MOÏSE accusé d’incompétent, d’amateur et de menteur.

  Entre temps, à la suite de l’attaque orchestrée contre le Grand quartier général des Forces armées d’Haïti (FAD’H), des heurts ont vite été éclatés entre les policiers et les soldats. Ces deux forces se mesuraient contre toute attente alors qu’elles sont placées pour nous sécuriser.

  Au moins quatre policiers ont été blessés par balles alors qu’un soldat est mort et un autre blessé du côté de l’Armée, selon la presse locale qui a dressé un bilan provisoire.  Cependant, à travers une notre de presse rendue publique cet après-midi, le haut état-major des Forces armées d’Haïti a mentionné qu’il n’y pas eu d’affrontement entre les deux forces publiques susmentionnées. 

Toujours selon la note, les soldats des FAD’H ont riposté à la suite des attaques orchestrées contre leur base par des hommes encagoulés munis d’armes à feu.  Nous étions obligés de faire appel à la police nationale d’Haïti pour rétablir l’ordre, la paix et la sécurité au sein de la population haïtienne, a-t-elle précisé.

  Signalons que des manifestants pro-policiers syndiqués ont attaqué violemment les locaux de la Radio-Télé Caraïbes. Ils ont flambé son entrée et brûlé aussi cinq véhicules et une génératrice se trouvant dans les périmètres de la dite station, a rapporté la Voix de l’Amérique.   samujoseph671@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page