Haïti : La justice locale peine d’élucider l’exécution sommaire contre le défunt Jovenel MOÏSE après trois (3) ans d’attente perpétuelle

by Samuel JosephSamuel Joseph
0 comment
Img 20240707 Wa0003

Pétion-Ville, le 7 Juillet 2024 – Le P’tit Journal Haïti

Par Samuel JOSEPH

Marquant le troisième (3e) anniversaire de l’exécution sommaire à l’encontre de l’ex-Président haïtien contesté, Jovenel MOÏSE, en sa résidence privée à Pèlerin 5, commune de Pétion-Ville, la date du 7 juillet 2024 doit interpeller la justice haïtienne qui continue à traîner dans l’enquête sur ce crime transnational. Depuis la saisie du dossier criminel, plusieurs Magistrats instructeurs ont déjà désisté à poursuivre leurs enquêtes sur la mort tragique du 58ème Président haïtien, soit pour manque d’accompagnement étatique, soit pour des raisons de convenances personnelles, soit pour raison de sécurité. Ce dernier avait brutalement été victime d’un commando composé d’Haïtiens et étrangers où la garde présidentielle était sortie intacte dans l’attaque criminelle contre le couple Monsieur et Madame Jovenel MOÏSE. Aucun procès n’est encore à signaler en Haïti.

Depuis le 7 juillet 2021, la République d’Haïti s’est réveillé sans Président suite à la mort spectaculaire de monsieur Jovenel MOÏSE qui, durant son mandat constitutionnel, faisait face à une rude opposition ayant réclamé sa démission « immédiate et inconditionnelle » pour désamorcer la crise politique d’alors. Trois (3) ans après son exécution sommaire, aucune avancée judiciaire significative n’est encore à signaler, à l’exception de quelques arrestations réalisées par la Police Judiciaire mais certains des accusés sont éparpillés dans la nature depuis l’invasion du Pénitencier National à Port-au-Prince, début mars 2024. Le 25 Janvier 204, le Juge instructeur Walter Wesser VOLTAIRE a rendu son ordonnance de renvoi imputant la veuve du défunt, l’ancien Chef intérimaire de la Police Nationale d’Haïti, monsieur Léon CHARLES, le fugitif et ex-Commandant de l’Unité de la Sécurité Générale du Palais National, Dimitri HÉRARD, entre autres, à juger devant le Tribunal criminel sans assistance de jury. Cependant, l’ordonnance n’a pas pu reveler les auteurs intellectuels et les bras financiers de ce crime odieux, alors que les assassins sont dans la ville et partout.

Entre temps, les familles du couple présidentiel et la nation Haïtienne veulent à tout prix connaître la vérité sur tout ce qui s’est passé dans la soirée du 6 au 7 juillet 2021. La Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) avait préalablement produit un rapport détaillé contenant des centaines de pages pour tenter de rassurer les spectateurs autour de cette attaque criminelle perpétrée dans la résidence privée de l’ex-Président Jovenel MOÏSE, à Pèlerin 5, commune de Pétion-Ville. Des obstacles majeurs sont dressés devant les Magistrats instructeurs désignés où ils étaient obligés de remettre leur démission ou chercher à s’exiler pour sauver leur peau. Néanmoins, la justice américaine s’invite dans le dossier de Jovenel MOÏSE dont certains citoyens Américains y sont également impliqués à des différents niveaux. Alors, les autorités judiciaires américaines ont condamnés plusieurs personnes dans cette affaire brûlante.

 

Le P’tit Journal Haïti


En savoir plus sur Le P'tit Journal Haiti

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

Related Articles