ActualitésInsécurité

Haïti-Nécrologie: Le Gouvernement haïtien condamne l’assassinat d’Eric JEAN BAPTISTE et son garde du corps à Pétion-Ville.

Haïti-Nécrologie: Le Gouvernement haïtien condamne l’assassinat d’Eric JEAN BAPTISTE et son garde du corps à Pétion-Ville.

Port-au-Prince, le 29 Octobre 2022 – Le P’tit Journal Haïti.

Haïti-Nécrologie: Le Gouvernement haïtien condamne l'assassinat d'Eric JEAN BAPTISTE et son garde du corps à Pétion-Ville. 2

En Haïti, le train de la mort a visité vendredi soir l’entrepreneur Eric JEAN BAPTISTE et son garde du corps à Laboule, commune de Pétion-Ville, par des individus armés non identifiés qui continuent d’opérer aux yeux et à la barbe des autorités haïtiennes de facto. En effet, le chef du parti politique « Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes » a reçu plusieurs balles après avoir été transporté d’urgence dans un centre hospitalier de la région métropolitaine de Port-au-Prince. Lors de cette attaque criminelle, le défunt s’apprétait à regagner sa résidence privée à Tara’s. En réaction, le Gouvernement haïtien condamne avec fermeté ce double assassinat crapuleux perpétré contre l’homme politique et l’un de ses agents de sécurité qui lui accompagnait dans son véhicule blindé.

« L’horrible assassinat du leader politique, Eric Jean Baptiste et son garde du corps, a, une nouvelle fois, plongé la nation haïtienne dans l’émoi », a fait savoir le Gouvernement d’Ariel Henry via son Ministère de la Culture et de la Communication. Le Gouvernement haïtien a vanté le sens patriotique et le niveau d’engagement politique et social de l’ex-Secrétaire Général du RDNP. « Nous condamnons énergiquement ce crime odieux contre ce patriote, cet homme politique modéré et engagé pour le changement », a pousuivi ce document officiel. L’organe gouvernemental en a profité pour présenter ses condoléances aux familles des victimes, au RDNP et à la classe politique, aujourd’hui révoltés par ce crime odieux.

Né le 13 Août 1970 à Port-au-Prince et décédé le 28 Octobre 2022 à Pétion-Ville, l’homme d’affaires et leader politique Haïtien, Eric JEAN BAPTISTE, a largement contibué dans de nombreuses œuvres sociales dans le pays, notamment le financement de la reconstruction de l’École de Droit et des Sciences Économiques de Jacmel, le paiement de scolarité pour plus de sept cents (700) enfants à travers sa fondation, la création de plusieurs restaurants communautaires, la distribution des matériels médicaux à certaines institutions sanitaires, la création d’emplois à des centaines d’Haitiens via son enterprise commerciale « Père Éternel Lotto ». Candidat malheureux à la Présidence de 2015, le défunt entrepreneur était un rude travailleur, un visionnaire et un nationaliste authentique qui luttait grandement pour le développement d’Haïti via son projet politique axé sur la bonne gouvernance, la sécurité, l’investissement, l’éducation, la justice, entre autres.

En octobre 2018, monsieur Eric JEAN BAPTISTE avait déjà été victime d’une attaque armée à Carrefour-feuilles (2ème Circonscription de Port-au-Prince) où il avait reçu une cartouche dans l’un de ses bars. Son assassinat est une perte énorme pour le pays tout entier, et, en particulier pour la commune de Carrefour où se concentre majoritairement son investissement. Marié et père de famille, le défunt prônait un dialogue entre tous les acteurs afin de déboucher sur un compromis politique historique. « Agoni ekonomi an ap kontinye. Ensekirite fè Ayiti paka voye vann mango lòt bò dlo ankò. Abse pral sou klou goud la, mwens deviz pral disponib. Desant ozanfè a ap kontinye. Vre pwotagonis kriz dyak sou dyak la, yon konpwomi istorik obligatwa », avait tweeté le 25 octobre dernier bien avant sa mort.

En cette pénible circonstance, l’équipe de Le P’tit Journal Haïti s’incline devant leur dépouille mortelle et présente ses sympathies les plus émois aux familles des victimes, au RDNP, à la classe politique haïtienne, à leurs proches et amis affectés par ce double meurtre crapuleux. Paix à leur âme!

 

M. Samuel JOSEPH

Le P’tit Journal Haïti

Bouton retour en haut de la page