Actualités

Insécurité: Le journaliste DÉSIR Venès menacé de mort par un chef de gang à Petite-Rivière de l’Artibonite.

Insécurité: Le journaliste DÉSIR Venès menacé de mort par un chef de gang à Petite-Rivière de l’Artibonite.

Petite-Rivière de l’Artibonite, le 26 Octobre 2022 – Le P’tit Journal Haïti.

Insécurité: Le journaliste DÉSIR Venès menacé de mort par un chef de gang à Petite-Rivière de l'Artibonite. 2

Depuis quelques temps, les travailleurs de la presse en Haïti sont confrontés à de nombreuses difficultés/menaces de toute sorte dans l’exercice de leur profession. En effet, soit ils sont bastonnés, soit ils sont lâchement abattus ou menacés de mort par quiconque évoluant dans notre société. C’est le cas du journaliste DÉSIR Venès qui est menacé de mort par le présumé chef de gang « Gran grif », Luckson ÉLAN, opérant aux yeux et à la barbe des autorités de Petite-Rivière de l’Artibonite, commune du département de l’Artibonite.

Correspondant permanent des médias Méga (Pétion-Ville) et Amazone (Gonaïves) dans la Cité Crête-à-Pierrot, le journaliste DÉSIR Venès est dans le viseur du nommé Luckson ÉLAN pour avoir relayé l’ensemble des événements tragiques qui se sont déroulés dans sa commune. Ainsi, le chef de « Gran grif » est très remonté contre notre confrère et, du même coup, veut à tout prix ôter sa vie, a laissé entendre le Correspondant de la Radio Méga, qui est obligé de se mettre à couvert par crainte d’être victime de cet homme de sang et consorts qui instaurent un climat de terreur dans le Bas-Artibonite où les membres de la population civile appellent les autorités policières départementales à y intervenir. Joint au téléphone par notre salle de rédaction, ce confrère dit prendre très au sérieux l’ensemble de ces menaces et profite de lancer un vibrant appel aux instances nationales et internationales sur son dossier.

Aussi, faut-il souligner les bandes à Luckson ÉLAN et alliés sont accusés dans des actes d’assassinats, vols à mains armées, escroquerie, braquage, destruction et/ou d’incendies des biens publics et privés, d’association de malfaiteurs, d’enlèvement suivi de sequstration contre rançon, détention illégale d’armes à feu, entre autres. La semaine dernière, ces hommes lourdement armés ont pris d’assaut le Commissariat de la dite commune, maîtrisé certains policiers et relâché tous les prisonniers. Quatre d’entre eux ont mortellement été touchés lors d’une intervention musclée des agents spécialisés de la Police Nationale d’Haïti (PNH) venant des Gonaïves.

M. Samuel JOSEPH

Le P’tit Journal Haïti

Bouton retour en haut de la page