Kenya : La justice locale s’oppose catégoriquement au déploiement des policiers Kenyans en Haïti

by Samuel JosephSamuel Joseph
0 comment
Img 20240126 Wa0089

Nairobi, le 26 Janvier 2024 – Le P’tit Journal Haïti

Par Samuel JOSEPH

Au Kenya, la justice locale s’est catégoriquement opposée jeudi au déploiement des policiers nationaux sur le sol d’Haïti en proie aux violences armées et gangstérisées depuis un certain temps. Cette décision judiciaire fait suite à la requête du leader de l’opposition dans ce pays anglophone d’Afrique de l’Est par devant la Haute Cour de Justice, arguant que l’envoi des troupes kényanes est inconstitutionnel selon la législation du pays. Il s’agit d’un revers significatif pour les gouvernements Kenyan et Haïtien souhaitant de coopérer « étroitement » dans le rétablissement de l’ordre public et la sécurité en Haïti.

À Nairobi, une Cour de Justice a enfin statué contre l’envoi « prévu » d’un millier de policiers Kényans pour diriger une force internationale non-onusienne sur le sol dessalinien, après de multiples tergiversations entre le Parlement et le Gouvernement de William RUTO. Il s’agirait d’une mission étrangère qui visait le rétablissement de la sécurité d’Haïti, un pays caribéen qui est en proie aux défis sécuritaires, politiques et humanitaires maneurs. Cependant dans son ordonnance rendue publique hier jeudi, le Juge Enock Chacha MWITA a clairement interdit le déploiement des policiers de son pays en Haïti ou dans tout autre pays. « Le déploiement des policiers Kényans en Haïti est inconstitutionnel, illégal et invalide », souligne l’ordonnance du Magistrat kényan.

Parallèlement, le Gouvernement kényan ne réagit pas encore sur la décision de la Haute Cour de Justice bloquant l’envoi des policiers nationaux sur le sol d’Haïti. Alors qu’en début d’octobre 2023, le Conseil de Sécurité des Nations-Unies avait autorisé une force multinationale à se déployer à Port-au-Prince, en réponse à la demande  » inconstitutionnelle  » du Gouvernement de facto d’Ariel HENRY soutenue par une frange de la Communauté internationale. Cette demande gouvernementale s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le grand banditisme. De plus, les autorités haïtiennes illégitimes entendraient profiter de cette force étrangère pour rétablir l’ordre public et la sécurité nationale, en organisant les élections générales pour renouveler le personnel politique.

Le P’tit Journal Haïti


En savoir plus sur Le P'tit Journal Haiti

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

Related Articles