ActualitésPolitique

*Quand « Fantom 509 » met à nu la faiblesse et le crétinisme de nos dirigeants*

*Quand « Fantom 509 » met à nu la faiblesse et le crétinisme de nos dirigeants*

*_Ces policiers regroupés autour d’une organisation dénommée « Fantom 509  deviennent de plus en plus puissants lorsqu’il foulent le macadam pour protester._*

*Quand "Fantom 509" met à nu la faiblesse et le crétinisme de nos dirigeants* 2

Ils exigent non seulement comme revendications la libération de l’un de leur frère d’armes incarcéré au Penitencier national mais aussi de meilleurs conditions et traitements dans le cadre de leur mission.

Ces policiers en cagoules, après avoir semés la terreur, samedi dernier, dans les rues de la Capitale ont pu réussir à faire libérer les cinq (5) policiers détenus au Pénitencier national. Depuis lors, ils ne cessent de démontrer au grand public la faiblesse et le crétinisme de nos dirigeants. Pas besoin de remonter le temps pour constater les bévues et crétinismes de certains de nos autorités dans la gestion de plusieurs dossiers jugés sensibles qu’ils n’ont pas bien maîtrisé pour sortir la tête haute sans se faire ironiser ou ridiculiser par l’opinion publique.

Le dossier des cinq policiers placés en isolement et transférés par la suite au pénitencier national a prouvé la puissance de Fantom 509 et toute la maladresse de nos dirigeants qui croient qu’ils peuvent faire de la politique avec certains dossiers.

*Fil de l’événement:* Les cinq policiers étaient en isolement suite au cambriolage de la résidence du défunt Bâtonnier Me Monferrier Dorval. Le Commissaire du gouvernement (CG), Gabriel Ducarmel, avait ordonné à la justice haïtienne de transférer les cinq policiers au plus grand centre carcéral du pays.

Comme quoi, selon lui, ce sont eux les fautifs du cambriolage de la maison de l’éminent professeur. Moins de 24 heures après, plusieurs policiers disant être membres du groupe Fantom 509 ont investi les rues de la capitale pour protester contre cette décision. Ils ont brûlé des institutions publiques, incendiées des voitures SE et secoués la capitale pour faire ressentir leur colère afin d’exiger la libération de leurs frères d’armes. Après ces incidents, le même jour des protestations, le Premier Ministre Jouthe Joseph dans une interview sous une station de radio allait exhorter le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince d’ordonner la libération des policiers prétextant qu’ils n’ont rien à voir avec le dossier de cambriolage. Chose dite, chose faite.

Maison cambriolée, policiers mises en isolement, policiers transférés au pénitencier, PM Jouthe demande leur libération, Fantom 509 un peu satisfait mais exige toujours la libération du policier Pascal incarcéré depuis environ quatre mois au pénitencier. En moins de quatre jours la population a assisté à une scène que certains ont qualifié de théâtre de mauvais goût en raison du crétinisme des dirigeants dans le dossier de l’assassinat scrupuleux du Bâtonnier où tous les observateurs attendent les résultats de l’enquête.

Pendant ce temps, les dirigeants par leur crétinisme, ne cessent d’être la risée de tout le monde.

Le p’tit journal Haïti

Bouton retour en haut de la page