Politique

Des policiers syndiqués se déchaînent contre leur supérieur hiérarachique.

Des policiers syndiqués se déchaînent contre leur supérieur hiérarachique.

Laisser un commentaire.

Des policiers syndiqués se déchaînent contre leur supérieur hiérarachique. 2

Mardi 10 mars 2020 – Le P’tit Journal.

Par Samuel JOSEPH

Dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, des policiers syndiqués réunissant autour du groupe « Fantomes 509 » ont foulé lundi le macadam pour exiger aux autorités en place la réintégration de leurs cinq frères et sœurs d’armes révoqués en février dernier par la Direction générale de la Police Nationale d’Haïti (DGPNH), ainsi que la reconnaissance de leur syndicat.

Durant leur parcours ils ont fermé plusieurs bureaux publics dont Archives Nationales au Bicentenaire, Fonds d’Assistance Économique et Sociale (FAES) à Delmas 75. Ils ont tiré plusieurs balles en l’air et également fait usage de gaz lacrymogène en attaquant violemment la résidence privée du Premier Ministre Joseph JOUTHE qui, de son côté, a annoncé lors de son installation au Palais National qu’est à lui seul le droit de syndiquer au sein de l’institution policière.

Les policiers syndiqués ont dénoncé le programme ONA-POLICE visant à assurer les policiers en les facilitant des prêts qu’ils vont rembourser à un taux préférentiel.

Si les autorités refusent de répondre justement à nos révendications, nous passerons à une nouvelle phase plus redoutable dans notre lutte pour le respect de nos droits, ont-ils tempêté au micro de la presse.

Notons qu’en date du 27 février dernier, l’Office de Protection du Citoyen (OPC) a organisé une rencontre en son local entre les leaders du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH) et les membres de la commission de dialogue et de facilitation ad hoc formée par la Direction générale de la Police Nationale d’Haïti (DGPNH). Autour de ces discussions, la réintégration des cinq policiers syndiqués révoqués et le droit syndical y a été abordée.
Toutefois, l’OPC a recommandé la réintégration de quatre (4) des cinq (5) policiers révoqués, ce qui n’a pas encore fait jusqu’à date.

samujoseph671@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page