Mariani: Sept victimes recensées lors d’un affrontement entre la Police et des civils armés

by AvatarLe P'tit Journal Haïti
0 comment

Mariami, zone litrophe des communes de Carrefour et Gressier, des agents de l’ordre et des civils armés se sont échangés, à la mi-journée de ce lundi, où sept (7) victimes ont été recensées. Parmi les victimes l’on retrouvait six (6) blessés et un mort. Lors de cet échange musclé, les forces de l’ordre entendent déloger ces malfrats à l’entrée sud de Port-au-Prince.

« Quatre (4) passagers,un chauffeur et un civil armé sont blessés par balles. À cela s’ajoute un mort du côté des présumés bandits qui échangeaient avec des unités spécialisées de la Police Nationale d’Haïti ». Tel est le bilan partiel d’un affrontement hautement armé entre la PNH et des civils armés, ce lundi 27 novembre de l’année en cours. Accusés d’être affiliés au gang de « Grand Ravine » dirigé par le dangereux Jean Renel DESTINAT, alias « Ti Lapli », ces bandits notoires cherchent à s’établir dans la zone dénommée « Mariani » afin de terroriser les citoyens paisibles. Par ailleurs, les forces de l’ordre disent intensifier leurs interventions dans cette localité en vue de démanteler ce foyer de gang.

Mariani s’apprête à devenir un nouveau « territoire » perdu tenant compte de la montée en puissance d’un gang opérant de concert avec celui de Grand Ravine. Un (1) présume criminel a été tué dans des échanges de tirs avec la police Haïtienne. Ainsi, un autre présumé « bandit » a été grièvement blessé, y compris quatre (4) passagers et un (1) chauffeur. Donc, ce cycle infernale est loin d’être résolu en raison de l’absence d’une politique publique de sécurité.

Depuis quelques temps, la situation sécuritaire en Haïti demeure instable. Des groupes lourdement armés se préparent à l’assaut des citoyens de la zone susmentionnée. Malgré les multiples interventions policières, les civils armés signent et persistent pour prendre le contrôle de certains territoires perdus, qui symbolisent l’enfer pour les citoyens, notamment ceux qui empruntent cet endroit dangereux.

M. Samuel JOSEPH
Le P’tit Journal Haïti


En savoir plus sur Le P'tit Journal Haiti

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Related Articles